Gentech

De WikiGenWeb
Version du 4 avril 2011 à 18:14 par Purdey (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

Sommaire flottant

Sommaire

Présentation du groupe GenTech

Pour aller plus loin sur ce thème, la liste de discussion http://fr.groups.yahoo.com/group/gen-hist-design/files/description
Gentech est un groupe
qui a développé un modèle de données qui est construit d'après les activités des généalogistes. Le modèle actuel est la deuxième version publiée depuis la fondation de Gentech. La lecture de ces documents est très difficile pour les personnes qui ne sont pas familières avec les modèles de données et les diagrammes de processus. Si vous ne pouvez pas lire l'anglais, ce sera sans doute un cauchemar à lire. Les documents sont disponibles gratuitement sur cette page : http://www.gentech.org/ngsgentech/projects/Gdm/Gdm.asp
Gentech s'est penché sur 2 aspects de la généalogie :
Le processus
Ceci comprend les principales activités du généalogiste pour faire évoluer une information vers une affirmation et, dans la mesure du possible, prouver que cette affirmation est vraie ou fausse. Le processus est documenté par un diagramme. Les données. Ceci comprend tous les genres ou les types de données nécessaires pour effectuer le processus. Les données sont documentées par un diagramme et une description détaillée (un dictionnaire de données).

Que fait et ne fait pas Gentech?

À moins de changements récents dans leurs statuts, les objectifs de Gentech ne sont pas de créer une norme qui servirait de référence ou de critère. L'objectif principal est de documenter le processus et les données et de faire évoluer ce modèle afin qu'il soit le plus représentatif possible des activités du généalogiste.

Si le modèle évolue de plus en plus vers la réalité, Gentech ne documente pas le modèle à un niveau de détail utile pour développer directement des outils. Ceci fait en sorte que la forme actuelle du modèle est insuffisante pour développer directement une base de données qui pourrait être gérée par un logiciel.

Tous les aspects "externes" qui ne servent pas directement à identifier des faits servant à prouver ou à annuler une affirmation sont absents du modèle. Par exemple, on ne spécifie pas ce qu'est une date, ni comment stocker cette information, et ni comment effectuer un calcul avec des dates.

Le modèle développé par Gentech ne tient pas compte de l'interface utilisateur, des rapports ou des moyens de diffusion des données. Ce modèle ne vise pas à remplacer le format GEDCOM et, dans sa forme actuelle, il est à peu près impossible de créer un format de fichier qui pourrait servir, comme le GEDCOM, à échanger des données.

Pourquoi en parler si le modèle Gentech est inutilisable tel quel?

Le modèle a la particularité d'avoir été développé par des généalogistes qui étaient indépendants des entreprises commerciales ou des religions. Chaque partie du modèle peut être reprise et modifiée pour être intégrée dans une base de données. Les parties du modèle qui semblent superflues peuvent être ignorées et les autres parties peuvent être élaborées à un niveau de détail qui correspond aux besoins des généalogistes. Le modèle Gentech permet de visualiser, dans son ensemble, le processus effectué par un généalogiste. Il devient ainsi plus facile d'identifier les caractéristiques et les spécifications d'un outil d'aide à la recherche. Malgré ses imperfections, le modèle Gentech présente des innovations intéressantes qui pourraient être directement intégrées dans un logiciel. Pour ceux qui en ont compris les principes, le diagramme du processus et le modèle de données sont générateur d'idées et d'outils "potentiellement" innovateurs.

Gentech et le futur

Gentech était d'abord voué à devenir une organisation internationale mais, pour différentes raisons, le groupe a changé de direction. Gentech est maintenant un sous-ensemble (sous la gouverne) de la National Genealogical Society (NGS); une des principales associations de généalogistes aux États-Unis. Cette intégration à la NGS était nécessaire parce que Gentech pouvait ainsi se doter de ressources financières importantes et, ce qui n'est pas la moindre des choses, s'assurer une complète indépendance face aux entreprises qui développent des outils ou des logiciels.

Autrement dit, l'intégration de Gentech à la NGS garantissait à l'organisation qu'elle demeurerait sous le contrôle des généalogistes.

Si cette situation est louable, ceci a eu pour effet d'éliminer l'ancien conseil d'administration et des participants qui étaient en partie des généalogistes étrangers (aux É.U.). Gentech est maintenant entièrement géré et opéré par des membres en règle de la NGS. Certains généalogistes, incluant moi-même, ne peuvent plus participer directement à la destinée du modèle de données à moins de faire partie d'un groupe qui est également membre de la NGS.

La NGS n'a pas statué sur la vocation future de Gentech et ces derniers n'ont pas encore indiqué quelles étaient les recherches en cours ni quelle orientation Gentech souhaite donner à ses projets.

La NGS a aussi des standards

La NGS a publié une documentation (en anglais) sur leurs standards généalogiques. http://www.ngsgenealogy.org/comstandards.htm

Conclusion

Je vous invite à consulter la documentation de Gentech et à poster vos commentaires. Pour avoir participé à l'élaboration de certaines composantes, je maîtrise assez bien ce modèle et je peux vous aider à le comprendre si vous désirez des explications spécifiques. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre d'ignorer ce qui a été fait ailleurs. Je crois que la responsabilité revient aux concepteurs de faire évoluer ce modèle vers une application pratique. Ceci ne signifie pas que nous devons nous engager à élaborer des outils selon les travaux de Gentech. Du moins, nous pouvons toujours nous en inspirer au besoin...

Par Dan Côté

Sémantique et Ontologie

Introduction sur l'ontologie : http://www.la-grange.net/2004/03/19.html

Chantier lancé par Loïc Fejoz :

le Gedcom actuel ainsi que le modèle Gentech ne sont pas dans la bonne direction. C'est ce que j'essaie d'expliquer sur la page : http://perso.orange.fr/yermat/datamodel/
En effet, ce qui est important de transmettre, c'est la sémantique or ces deux modèles s'attachent à la syntaxe. Pour transmettre la sémantique il faut donc construire une ontologie afin d'expliciter les termes et leurs relations.

Pour comprendre tout cela, je vous conseille fortement la lecture du lien précédent ainsi que le lien suivant qui est une copie d'une bonne introduction :

Remarques de Sylvain Peyrichou

Gedcom
Tous l'utilisent. C'est le seul outil avec une couverture internationale. Dans la dernière version il subsiste quelques défauts mais surtout les développeurs ne l'appliquent pas rigoureusement et produisent un codage qui a l'air du gedcom , mais qui n'en est pas...

Les Mormons auteur du concept ont annoncé la prochaine version en XML. L'annonce a au moins trois ans et me semble révélatrice que cette programmation n'est pas la formule suprême pour la généalogie. Cependant le XML apporte beaucoup dans d'autres applications. A ce jour le gedcom 5.5 est une bonne solution pourvu que l'on se donne la peine de compenser les interprétations des éditeurs qui prétendent chacun au top, mais le leur ... pas celui de la communauté.

Gentech 
Le document Gentech est une brillante analyse de ce que pourrait être un modèle universel. La publication n'est pas récente et n'a semble-t-il pas donné lieu à une application concrète.

Avec ces deux références nous passons d'un extrême à l'autre : manque de rigueur dans l'usage du gedcom et rigueur absolue de gentech qui l'a rendu répulsif. En effet il y a un besoin et la place pour un modèle qui puisse satisfaire le plus grand nombre. Je pense simplement qu'il manque la phase initiale d'analyse, préalable à la programmation. Quand je dis analyse il s'agit d'abord de généalogie. Quelles sont les données à transmettre sans manque et sans doublon  ? Cette appréciation est à conduire dans le cadre d'un transfert. Il ne faut pas confondre avec les données qui seront affichées et manipulées par le logiciel de généalogie.

Le gedcom est un outil et il n'est pas souhaitable que le généalogiste impose une forme pour la transmission. Par exemple indiquer le nombre d'enfants d'un couple par le tag NCHI est inutile et surcharge le fichier gedcom. Si l'utilisateur souhaite cette information elle lui sera fournie par une fonction de son logiciel de généalogie, forcément capable de compter les enfants affectés à un couple.

Dans le même genre : doit on écrire qu'une personne est membre d'un couple par HUSB ou WIFE ou indiquer son appartenance par la référence d'un couple dans FAMS ? Il suffit que l'une des manières soit présente pour que le logiciel d'accueil mette en forme à la satisfaction du généalogiste.

Mettre en place un groupe de travail pour déterminer les taches incombant aux informaticiens et aux généalogistes serait un grand pas vers ce modèle universel.



Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Outils
FranceGenWeb